Ou rasi tedououer *

Depuis ma terrasse
je t'aperçois

lointaine

insolente mais pâle virgule
face poudrée
et vitriolée

auréolée du halo  roux
promesse de brumes lascives
de pluies fécondes ou glacées

 

un petit signe
ou clin d'oeil
qui m'attirent
moi
et mon balai de genets

 

"viens, viens donc
c'est la nuit
Zahar t'a appris

il te faut me rejoindre
et jusqu'à l'aube
tournoyer

passer et repasser en orbite
face pile
face face

viens ma douce
mon miel
je t'attends"

 

et moi je te réponds
"samahni!
yamshi! yamshi!**

jamais toi et moi!
n'attends pas ça!

Je ne suis pas
qui tu crois

 

je suis fille de l'onde
et non de l'abîme

épouse des monts
non des volcans

 

Neptune mon Père
se rit de Vulcain

laisse laisse ton appel
abandonne ta visée

 

je reste oui
à danser

là est ma joie
je veux vivre ma foi

et tournoyer ici
la face au soleil

 

petite soufi
humble caleilh

douce brise
flamme légère

petite bergère
reine éprise

de liberté

 

je ne suis pas la femme parfaite

je suis libre et fidèle

en fête!" ***

 

°°°000°°°

*(et ma tête a tourné= et j'ai perdu la tête)

**(pardonne-moi!

vat-en! vat-en!)

***(chez nous en fait se prononce  :"en fête")

Tahheyyât

__________________________________________

 

Fina oueqt fellil? *

 

 

Disparue
l'inquiète
derrière le rideau
de pluie

 

froid
solide
nuit
liquide

mon voile
humide
colle
à ta peau

 

il ne s'envole

tombe
oripeau

ton pied
trébuche
dans
la flaque

 

tes cheveux
roulent
de précieuses
eaux

 

ouverts
grand
mes bras

palombe
traquée
ou
cerf
essoufflé

pourraient s'y réfugier

 

le ciel
murmure
sur les tuiles

l'éclair
a lui
et
le tonnerre
grondé

tu frissonnes


salées
tu bois
les perles
de mes yeux

douze coups
au clocher
sombre
chapelet

le temps s'est arrêté

 

je t'ai repris mon voile
je me suis dérobée

sous une averse de pétales roses

 

°°°000°°° 

*(à quelle heure de la nuit?)

Tahheyyât

ma_silhouette_pour_toi

Silhouette

 

__________________________________________

 

N'bred fi ma trik'ik elmendjoura* 

 

G taggué mes "je tM"
sur tous les murs de mes poèmes

pourquoi
pourquoi joues-tu ainsi avec moi?

cache-cache
pile-face

double six
ou simple as

 

ombre et lumière

faire tourner

avec

doigté

et élégance

feu et rivières

diamants

brillant
dans l'obscurité

 

or liquide

irisé

sous le rai oblique

d'un faisceau

tangeant

 

°°°000°°° 

 

*(je me suis refroidie dans l'eau de ton chemin de pierre)

Tahheyyât 

 

__________________________________________

 

 

 

Gh'da el ard fiha ezz'laq*

 

 

- 

Je suis descendue
au jardin
j'étais triste
esseulée

-

je n'avais ni envie de chanter
ni envie de danser ou de sourire
à ton muet visage
effacé là-haut dans les nuages

-

j'ai tiré le seau du puits
je me suis aspergée
l'eau giclait et glissait
je m'ébrouais comme un jeune cheval

-

une faible lumière irradiait
de ma silhouette phosphorescente
telle un fantôme
je me voyais dans la flaque

-

alors
tes yeux rieurs
derrière les ifs

-

ferme sur mes pieds
comme biche aux abois
j'ai bondi
et couru
vers la mer
sans me retourner
j'ai plongé

-

regrets

-

trop tard
tant pis!

 

°°°000°°°

*(demain, la terre sera glissante!)

Tahheyyât

 

__________________________________________

 

Nerkeb b'khatri*

 

Il fait doux cette nuit

Pourquoi chagrin
si profond

pourquoi lourdeur
en mon cœur

 

pourquoi ce feu
qui me dévore

pourquoi mes yeux
encore en pleurs

 

aucun nuage
ne te dérobe à ma vue

aucun arbre
entre toi et moi

aucun voile
aucun artifice

 

ta surface trop froide
mon coeur trop ardent

tu ne m'as laissé fuir
que pour mieux me rattraper

 

mon ombre est fade
sous ta lueur blafarde

elle s'allonge incertaine
sur les graviers violets

 

pour la dernière fois
j'écrase une ultime larme

demain je reprendrai
mon voile, mon tambourin

 

et je redanserai
mon amour et ma flamme

pour ce monde
pour la Vie
pour mon Dieu
pour mon Roi

comme si de rien n'était

 

°°°000°°°

*(je m'engage de ma propre volonté)

 

Tahheyyât

 

 

 

__________________________________________

 

Ghedoua n'zidou fi triq'na, kaïn el quentra fe ch'cherg*


 


 

 

Ce soir, le soleil ne se couchera pas!
Pourquoi?
Parce que je ne le veux pas!
comment?
Que peu t'importe!
zahar m'a appris


alors voici!
 

Danser sous le soleil
c'est merveille
 

les tons rouges
rosés
bruns
dorés
rehaussent mes mousselines de couleur nuancée
 

et flattent mes joues

 

il m'arrive d'être coquette
davantage que fillette
gracile
ou que pouliche
fraîchement débourée

 

je vais danser pour toi
astre de mes nuits
comme tu aimes
 

mon voile projeté
vers les témoins
invisibles

 

mes formes avouées
t'appeler
puis te fuir
 

rire
et sourire


chanter 

mes mélopées énamourées
mes langueurs
mes soupirs

 

je vais
t'apprendre la mort
te crier la souffrance
l'absence
le manque
le désert
la soif
la nuit

 

je vais t'indiquer
le puits
l'oasis
la palmeraie
la cité
au-delà des dunes
le secret perdu
la joie retrouvée

 

je vais panser tes froides blessures
te servir du vin non fermenté
t'offrir des dattes et du lait caillé

 

mon jeûne est rompu
mon deuil a vécu
 

je vais rafraîchir ton front pâle
je vais caresser tes orbites vides
je vais faire pétiller tes yeux
et cueillir ton sourire

 

Mais bien sûr
je suis une enfant!
n'est-ce pas
ce que tu aimes?

 

Mais bien sûr
je suis un peu folle
n'est-ce pas
ce dont tu raffoles?

 

Je resterai
jusqu'à l'aurore
puisque le soleil
ne se couchera pas
 

puisqu'il n'y aura pas
de combat
entre Toi et Moi

 

je demeurerai là
cette nuit, ô Lune
toute cette nuit,
qui n'en est pas une
 

Tout cet entr'espace-temps
soustrait à l'ombre
pris en avant-goût
sur l'infini!
 

sur une danse des mondes!

 

Je ne mentirai pas
je ne parlerai pas
je ne me tairai pas
je chanterai
je danserai
ivre de joie, ivre de foi
jusqu'à ce que VIE s'en suive!

 

°°°000°°° 

*(demain, nous poursuivrons notre route, il y a un pont à l'est) 

Tahheyyât 

 


 

_________________________________________

 

 

Haied Hayet el gh'ta, ban el hadjra ou akhel tedoui
ou hellou aïnihoum*

 

*(La VIE se dévoila, et la pierre apparut, brillante, noire
alors, leurs yeux s'ouvrirent!)

 

°°°000°°° 

FIN des chants, le 7 ème jour, la 7 ème nuit sont ceux du repos de la Création! 

le 7 ème chant est celui du RIEN où tout se recueille dans le calme... 

et où la connaissance et la reconnaissance s'accomplissent...

 

°°°+000+°°°

 

Tahheyyât 

 

__________________________________________

 

 

Ô Dieu qui fit le monde

 

Ô Père qui m'aimes comme ta propre fille

Ô Père tendre et miséricordieux

Veille sur ceux que mon coeur aime

Veille sur ceux qui croient et espèrent en toi

Veille sur ceux qui ne te connaissent pas

Veille sur ceux qui ne t'aiment pas

Veille sur ceux qui ne croient pas en toi

Veille sur les puissants comme sur les humbles

sur les princes, comme sur les mendiants ou les vagabonds

sur les adultes comme sur les enfants

Protège les faibles, redresse les accablés,

relève les opprimés

-

Par ta puissance et ton infinie bonté

donne visage à ta compassion pour tous

par toute personne qui fera oeuvre de sourire,

accompagner, aider, comprendre, relever,

affermir, protéger, pardonner, pacifier,

donne visage à ton amour

par toute personne aimante et attentionnée

aux plus petits

par toute personne remplie

de Ta Lumière. 

-

Là où je suis,

là où tu permets que je me repose,

mon coeur veille, uni au tien,

uni à ceux de mes amours et de mes amis.

Ô Père, que ta bonté et ta paix

s'étendent à toute ta création,

depuis le plus petit hameau

jusqu'à la plus lointaine étoile!

Ceux que l'on peut atteindre

comme ceux avec qui l'on peut avoir communication.

- 

Mon coeur se tait et se repose

en Toi, pour tout!

J'ai confiance en Toi.

Je sais que nous sommes en ta sûre main,

à l'ombre de tes ailes.

Je sais qu'infiniment tu nous aimes

-

Cachés dans ton coeur comme semences

nous grandissons et mûrissons dans le silence,

nous exerçons notre patience et notre amour.

 

°°°000°°°

Tahheyyât octobre-Novembre 05

°°°000°°°